Chapitre 1er

Un jour comme les autres. Un ciel comme les autres. Des immeubles comme les autres. Mais cette journée me semble différente. Jeudi 12 Décembre, après une journée harassante,  je prends ma ligne de métro quotidienne, pour rejoindre mon appartement à Montmartre. Beaucoup de monde comme toujours, je suis collée à la vitre, mes écouteurs dans les oreilles et je peux à peine respirer. A la troisième station, je bouscule quelques personnes pour sortir. J’enlève mes écouteurs de mes oreilles. Et là c’est le drame : un individu me percute, je chute brusquement sur le sol crasseux, mon iPod brisé en deux. Je lève la tête toute affaiblie, un jeune homme me tend la main. Ses cheveux bruns balaye son visage angélique. Ses yeux opales m’envoûtent, je frémis à l’idée de frôler ce corps si parfait.

A suivre...

Constance et Marie, avec l'aide et l'inspiration de quelques membres de l'équipe

 

L'amour est trompeur. Le pressentiment l'emporte toujours.

 

Chapitre 2

Il me redressa, la chaleur de sa main rechauffa mon coeur en une fraction de seconde. Je ramassai mon sac et son contenu. Et là, il ouvrit sa bouche et s'excusa. Perturbée par cet incident, je ne pensai pas à lui demander son numero de téléphone. Il me tendit un bout de papier et dit : " Tiens, je te passe mon numero de téléphone, je te rappelle dès que possible pour te repayer ton iPod, je suis vraiment désolé..." Il repartit, me laissant là, bouche bée. Je mis le papier dans ma poche avec l'irresistible envie de découvrir la vérité. Je sortis du métro, me dirigeai vers mon apartement du 16ème. Je rentrai poser mes affaires sur mon canapé et déroulai le papier et m'endormis de bonheur.

A suivre...

Constance et Marie.

PS : Ne tardez pas à nous dire ce que vous en pensez par commentaire. A nous donner vos impréssions sur ce One Shot. xoxo

 

L'amour est trompeur. Le préssentiment l'emporte toujours.

 

Chapitre 3

Tout à coup, le téléphone sonna. Je me réveillai en sursaut et compris de suite qu'il s'agissait du garçon d'hier. Je me précipitai et décrochai le téléphone.

" - Allo?

- Oui, Je m'appelle Nicolas, je t'ai renversée hier en sortant du métro.

- Ah...oui.. moi c'est Louise.. heu..

- T'es libre ce soir?

- Heu..oui pourquoi?

- On pourrait aller boire un verre ensemble si ça te dit

- Ouais pas de problème. On se retrouve place Victor Hugo à 19 heures.

- Ok, à tout à l'heure. "

Il raccrocha. Je sentis soudain le malaise m'envahir. J'appréhendais l'idée d'être face à lui. Que pourrais-je bien lui dire ? Va-t-il me trouver ennuyante?

Tant de questions.  Il était 18 h 04 exactement. Le temps d'y aller,  j'en avais bien pour 20 minutes. Je devais maintenant me préparer. 
 

[ ellipse narrative ]
 
Finalement, j'optai pour une tenue simple. Je portais un pantalon slim noir, assez passe-partout, des boots en daim à talon haut de chez "cosmOparis". J'avais également, un fin chemisier blanc couvert par un pull "Burberries". Puis quelques accessoires, tels que des boucles d'oreilles pendantes argentées, des bracelets que je portais assez régulièrement. Légèrement maquillée, munie d'une doudoune noire, et d'une écharpe tube à grosses mailles je sortis de chez moi. Le vent balayait mes cheveux et la douce fourrure de mon manteau me caressait le visage. J'allais, d'un pas rapide, vers un danger que je ne connaissais pas encore.

A suivre...

Constance et Marie.